La faune de la Cova del Parpalló (Paléolithique supérieur, 20 000-11 000 BP)

Vitrina 16.1
L'arrivée des humains anatomiquement modernes coïncide avec une mobilité plus réduite des groupes, ce qui se traduit par une spécialisation dans la chasse d'espèces grégaires aux déplacements limités. Dans les gisements du Paléolithique supérieur, comme dans le cas de la Cova del Parpalló (Gandía, Valencia), le cerf et la chèvre sont les espèces les plus chassées, en fonction de l'emplacement des habitats humains. L'incorporation du lapin à la diète humaine est de plus fréquente au cours de cette période, fonctionnant comme une ressource complémentaire aux ongulés de taille moyenne.
Back to top